Archives de la catégorie: Opinion

Opinion Scène québécoise

Pourquoi Françoise David n’est pas invitée à TVA

Selon Serge Fortin, vice-président de TVA nouvelles, TVA s’est retirée de la diffusion du débat des chefs le 19 août parce qu’en organisant ses propres débats et en excluant Québec solidaire, cela permettrait d’approfondir la discussion entre les trois chefs.

Mais après la performance remarquée de Françoise David lors du débat diffusé sur les ondes de Télé-Québec et Radio-Canada, il nous est permis de comprendre un peu mieux les véritables motifs de TVA/Quebecor. On le sait depuis toujours, les débats à deux têtes d’affiche qui surfent sur les bases de la même démagogie traditionnelle pour exclure toute véritable alternative de la discussion, ne sont pas particulièrement propices à des discussions en profondeur. Bien au contraire, Françoise David l’a bien illustrée hier soir en s’exaspérant de la tentative des trois chefs pour réduire le vaste problème de la Santé au Québec à une discussion sans fin sur le nombre de médecins nécessaires pour garantir une médecine familiale. Plus encore, la question de l’environnement était exclue du débat. Françoise David l’y a introduite. La question des frais de scolarité y était aussi exclue. Françoise David l’y a introduite.

Comme elle l’a expliqué avec brio dans son introduction, par sa présence au débat des chefs, Françoise David donnait une voix aux travailleurs, aux femmes, aux jeunes et à cette grande majorité des oubliés du pouvoir pour qui les partis prétendent toujours gouverner.

Françoise David fut la première à parler de souveraineté. Mais une souveraineté qui s’exprimerait dans le cadre d’un référendum sur une constitution proposée par une assemblée constituante élue. Une constitution avec des balises démocratiques réaffirmant la place des services publics et des droits sociaux et démocratiques.

En somme, l’impact de Françoise David lors du débat des chefs émanait du fait qu’elle représentait précisément les idées d’un peuple que l’Establishment politique du Québec (François Legault et la CAQ y compris) tente par tous les moyens de mettre de côté. En sortant le rapport Moisan des tiroirs (Jean Charest), en forçant François Legault à admettre que lorsqu’au PQ il n’avait pas eu vent de financement illégal (Pauline Marois) ou en comparant toute forme d’association syndicale à la plus grande hérésie de l’histoire (François Legault), tous les trois, sans exception, cherchent à camoufler le fait qu’ils veulent gouverner pour le monde de la finance et des corporations et imposer leur vision néolibérale. Une politique qui va de pair avec des moeurs antidémocratique comme Quebecor média en a besoin pour faire rouler ses business et son « agenda » monopoliste. Françoise David et Québec solidaire n’acceptent pas cette manipulation des idées. Amhir Khadir nous l’avait déjà démontré alors qu’il fut le seul député de l’Assemblée nationale à se tenir debout devant les magouilles de Pierre-Karl Péladeau et Quebecor avec le maire Labeaulme de Québec. Magouilles avalisées par le Parti québécois de Pauline Marois, par le parti libéral de Jean Charest et l’Action démocratique de Gérard Deltel (devenue depuis la CAQ de François Legault).

Voilà pourquoi TVA a décidé d’exclure Françoise David du débat des chefs. C’est une femme libre, qui dit haut et fort la vérité, qui exprime clairement les intérêts d’un peuple désabusé et qui somme toute, ne cadre pas dans la « convergence » de Quebecor média.

Opinion Scène québécoise

Françoise David devra avoir plus de mordant !

Au débat des chefs, Françoise David devra avoir plus de mordant!

Le dernier sondage de La Presse illustre le fait que le débat des chefs sera particulièrement important dans la présente campagne électorale. Québec solidaire en entier doit bien véhiculer l’idée qu’au-delà de l’image d’une lutte à quatre ou cinq, c’est en réalité une lutte à deux qui se joue dans cette campagne. Une lutte entre Le PLQ, Le PQ et la CAQ d’un côté, qui fondamentalement défendent et jouent le rôle de la haute finance et des corporations quant au développement économique et de l’autre, Québec solidaire qui s’attaque de front aux tendances néolibérales du pouvoir.

Hier à Radio-Canada, Gérard Fillion demandait à Françoise David quand le cinq milliards d’investissements dans la nationalisation des ressources énergétiques sera rentable pour le Québec. Fillion voulait un chiffre précis en nombre d’années. C’est une erreur d’évaluer ainsi le concept de rentabilité. Surtout pour le parti qui venait tout juste d’expliquer pourquoi il ne considérait pas la croissance économique comme un objectif en soi. En réalité les investissements du Québec dans les ressources énergétiques sont rentables dès le départ. Au moment même où cela permet au gouvernement de planifier le développement en fonction des besoins économiques réels du Québec et de sa population et non plus pour le profit des grandes corporations.

Au sous-entendu que les riches pourraient quitter le Québec, la population sait très bien (et Québec solidaire devrait le savoir aussi) que personne ne pourra apporter hors du Québec nos ressources et nos richesses naturelles. Ce leurre médiatique ne passe pas la rampe. Il faut le dire et le répéter.

À la question du public retenue par Radio-Canada voulant que le programme de Québec solidaire soit utopique dans le contexte mondial où l’économie est en crise partout, suffit-il de dire que le programme est jouable et qu’il faille un début quelque part ? La réalité c’est que la crise est née justement d’une politique orientée vers les intérêts du capital, d’une économie casino et des profits outranciers des grandes corporations financières et industrielles. Tout le programme de Québec solidaire s’attaque de front à ce genre de développement en y opposant des mesures qui vont justement redonner un pouvoir d’achat à la population et relancer son économie. L’utopie c’est dans l’économie casino qu’elle réside et c’est pourquoi entre autres, elle est en crise.

Le programme de Québec solidaire est différent. Il faut débattre différemment.

Opinion Scène québécoise

Un vote gagnant

Des différences tactiques ou presque

Au onzième jour de la campagne électorale et une semaine avant le débat des chefs, les médias s’emballent autour d’une certaine effervescence crée par l’élan donné aux élections par les soi-disant bons coups de la Coalition Avenir Québec, notamment la présentation de deux candidatures de poids, Gaétan Barette et surtout Jacques Duchesneau. Les analystes font aussi l’éloge de la tactique employée par les Libéraux et les Caquistes qui annoncent à tous les jours des promesses bombons fondées sur du populisme de droite à la Duplessis. Cent dollars pour les livres scolaires, de l’argent pour changer les fenêtres de votre maison, un médecin pour tous d’ici un an etc… On reproche au Parti québécois un programme électoral plus abstrait : assainissement du financement des partis politiques, mesures de relance économique, rapatriement du programme d’assurance-emploi et révision de la mission de la Caisse de dépôt.

Déjà avant le déclenchement des élections la ressemblance étroite entre le Parti de Jean Charest et celui de François Legault s’était révélée par leur approche commune à l’égard du conflit étudiant et de la Loi 12 (anciennement projet de loi 78). Partisans tous les deux de la loi et l’ordre, le PLQ et la CAQ se sont toujours illustrés par leur anti-syndicalisme acharné et leur liaison étroite avec les grandes corporations et leurs têtes dirigeantes, en particulier Paul Desmarais et Charles Sirois. Ces derniers flirtant autant avec l’un et l’autre, démontrent qu’en tout temps la CAQ fut mise sur pied comme moyen de rechange à un parti libéral fortement discrédité dans l’opinion publique. Un moyen de rechange mais pas de changement comme le veut le slogan de la CAQ, puisqu’en réalité les changements proposés ne visent qu’à réaliser un coup de barre encore plus agressivement à droite, plus décidé à briser les acquis sociaux et démocratiques du Québec. Ainsi le veut la grande bourgeoisie et ses corporations qui tirent les ficelles des deux partis.

Les différences d’approche dans la campagne électorale entre la CAQ et le PLQ d’un côté et le PQ de l’autre ne sont toutefois pas, comme le laissent entendre les médias, que des différences tactiques et de communication. Les mesures préconisées par le PQ s’adressent essentiellement à la petite bourgeoisie québécoise que ce dernier représente depuis le tout début de sa création. C’est à elle que s’adressent principalement les ambitions d’un plus grand contrôle sur la Caisse de dépôt. Il ne serait d’ailleurs pas surprenant que Michael Sabia, actuel dirigeant de la Caisse, un autre invité de Sagard et proche collaborateur du gouvernement fédéral alors qu’il était à la tête de Bell Canada, soit une des premières victimes d’un futur gouvernement péquiste.

Toujours est-il qu’un gouvernement péquiste, caquiste ou libéral, qu’il représente les intérêts de la grande bourgeoisie et des grandes corporations financières et industrielles ou qu’il serve de tremplin pour donner plus de place à la petite bourgeoisie québécoise au sein de l’establishment économique, ne sera toujours en bout de ligne, qu’un gouvernement au service des entreprises et des grandes corporations. Celles qui décideront des politiques du gouvernement.

La trêve en question

L’immense prise de conscience sociale et économique qu’a fait naître au Québec le mouvement étudiant et surtout sa forte résistance aux politiques du gouvernement Charest fut le principal obstacle à la réalisation tout azymut de l’agenda néolibéral au Québec. Bien qu’il n’ait s’agit que d’une action de résistance, ce mouvement a mis en lumière le fait que cet agenda visait à réduire par tous les moyens possibles, y compris par la récupération via les coupures et les frais de services, dont les frais à l’éducation, la valeur de la force de travail. En d’autres mots, après avoir gelé et même coupé les salaires, après l’adoption d’un programme de dilapidation des ressources naturelles, après lui avoir offert des exemptions d’impôts de toutes sortes, après avoir trempé dans les plus basses magouilles de la corruption, c’est jusque dans les fonds de tiroir des travailleurs et de la population en général, ce qu’on appelle les 99%, qu’on va chercher l’argent pour engraisser encore davantage les profits et la richesse de l’establishment économique.

La prise de conscience de cette réalité fait en sorte qu’il devient de plus en plus difficile de tromper la population. D’où le rejet du gouvernement Charest au sein de la population et la nécessité pour la grande bourgeoisie de se trouver un nouveau cheval de bataille. Il n’en demeure pas moins que son substitut, la CAQ, n’arrive pas à se distinguer de l’original.

C’est ici que le Parti québécois entre en scène. Par ses liens plus étroits avec la population (petites entreprises, professionnels, socio-démocrates et tous ces secteurs qui réclament un changement, mais sans trop de turbulence), le PQ appelle au vote dit stratégique misant sur le large consensus établi dans la population, à l’effet qu’il faut battre Jean Charest à tout pris. C’est encore ici qu’il faut comprendre que le Parti québécois ne ressent pas la nécessité de faire valoir haut et fort un programme politique alternatif. Au contraire, le PQ sera même perçu par l’establishment comme plus crédible pour faire accepter par la population ce que la droite avouée n’arrive plus à faire passer. Faites l’équation et vous comprendrez alors pourquoi Mme Marois, malgré le port du carré rouge avant le déclenchement des élections, affichait tant de réticence à se prononcer sur l’enjeu des frais de scolarité et pourquoi aujourd’hui elle réclame une trêve de la part des étudiants affirmant qu’elle veut s’attaquer aux principes démocratiques qui régissent les associations étudiantes.

François Legault, Bernard Landry, Lucien Bouchard, Jacques Parizeau étaient tous des leaders du Parti québécois. Et tous appuyaient et appuient toujours le néolibéralisme et le gène capitaliste qui le nourrit. Tout comme Pauline Marois. Les apparents déchirements de cette dernière face aux enjeux sociaux et économiques ne traduisent que la contradiction entre les intérêts économiques non-avoués qu’elle met de l’avant et ceux des victimes de ces politiques qu’elle prétend défendre. Le vote utilitaire qu’elle réclame n’est stratégique que pour le Parti québécois. Pour la population, c’est un mythe.

La réalité est que la seule véritable force de changement dans ces élections est Québec solidaire. N’en déplaise à certains leaders étudiants qui ont aussi le droit de se bercer d’illusions devant une situation politique complexe et pas toujours évidente, l’affrontement avec le pouvoir ne peut échapper à la politique. Un vote stratégique authentique c’est celui qui contribue à transformer cette formidable prise de conscience sociale que le mouvement étudiant a contribué à créer, en conscience politique. Québec solidaire est un parti populaire qui regroupe cette frange de la population (jeunes, femmes, travailleurs et intellectuels), la plus désillusionnée et la plus consciente de la nécessité de bloquer les politiques néolibérales. Dans les circonstances, un vote gagnant n’est pas un vote pour le parti qui remportera le scrutin le 4 septembre prochain avec des politiques que l’on combat aujourd’hui et qu’on devra à nouveau combattre demain. Un vote gagnant c’est un vote pour un parti qui défend les intérêts du peuple et pour qui la souveraineté passe par le rejet du néolibéralisme. C’est un vote qui fera avancer la lutte contre ce même néolibéralisme.

Opinion Scène québécoise

Récupération de la crise vs vote stratégique

Xavier Dolan fait paraître un article dans le Devoir de ce matin sous le titre « Faux coup d’cochon » dans lequel il s’en prend à la vidéo du Parti libéral du Québec montrant Pauline Marois dans un ralenti qui met en relief les hésitations de cette dernière en frappant des casseroles. C’est une bonne analyse que fait Xavier Dolan. Cependant j’apporterais quelques nuances à ce qu’il appelle « l’imbécilité consentante » de la population qui suit toujours Jean Charest et les inepties de son gouvernement. Cette affirmation fait sans doute référence à cette frange de la population, mal éclairée, qui, soit hésite toujours à voter contre le PLQ, soit à voter pour le Parti québécois. Ce qui pour plusieurs passe pour une forme d’apolitisme. On dit souvent dans ce cas que la population n’a pas de mémoire. La population a peut-être plus de mémoire que l’on croit. Et ce qu’on appelle généralement la gauche est peut-être en fait, celle qui manque le plus de mémoire ici.

De un, la population n’est pas la principale responsable du fait qu’elle soit mal éclairée. Les idéologues de la droite, les médias qui mettent l’accent sur le caractère sensationnel et violent de ce qui se passe dans la rue et sur l’insécurité, jumelés à la nature généralement pacifique de la population, contribuent fortement aux hésitations de la population au moment d’exercer son droit de vote.

De deux, les ramifications du pouvoir avec la petite entreprise et les structures sociales et politiques, d’apparence démocratique, particulièrement en région où il est donné à penser que tout le monde doit faire sa juste part dans la société, défavorise le mouvement étudiant. Ce que l’on perçoit à juste titre comme du favoritisme et la corruption du gouvernement est vu par plusieurs, en période de crise économique constante, comme un soutien à l’emploi et à l’économie en générale. Ou au contraire, comme une incitation à prendre parti pour le désengagement de l’État. Ce qui ne favorise pas non plus l’idée du gel des droits de scolarité et encore moins la gratuité scolaire.

De trois, les hésitations mêmes du Parti québécois à prendre fait et cause pour le mouvement étudiant, ce dont la vidéo diffusée par le PLQ met fortement en relief, les trahisons du PQ envers le mouvement ouvrier et démocratique au début des années ’80 (faut-il rappeler encore une fois que des Lois spéciales du Parti québécois ont nécessité des luttes jusqu’à ce que la Cour suprême du Canada les déclare anticonstitutionnelles), son incapacité à gérer efficacement la question nationale ainsi que ses politiques néolibérales, n’ont rien pour garantir à la population que le Parti québécois constitue une réelle alternative au gouvernement Charest. D’autant plus que le PQ est tout aussi entaché par les scandales dénoncés dans l’industrie de la construction et le financement des partis politiques que le PLQ.


La triste réalité, c’est que devant le faible enracinement de Québec solidaire dans les régions y compris dans plusieurs secteurs de la grande région métropolitaine, la population se trouve devant une crise profonde d’alternative.

Ce qui nous amène à réfléchir sérieusement sur toute cette notion du vote soi-disant utile. Le Parti québécois, comme le font toujours les partis traditionnels, valorise le vote utile parce qu’il fait appel à une mémoire courte de la population. Un vote utile c’est un vote pour le moins pire. Ce n’est pas un vote pour un véritable programme de rechange. Et contrairement à ce qui est généralement convenu, ce n’est surtout pas un vote stratégique. Il est improbable que les prochaines élections provinciales amènent un changement en profondeur au Québec correspondant au désir manifeste d’une portion de plus en plus grande de la population. C’est pourquoi un vote stratégique serait davantage un vote qui contribuerait à transformer cette nouvelle conscience sociale qui s’exprime avec force dans la rue, en véritable conscience politique du besoin d’un changement en profondeur de nos structures économiques et politiques. Ce qu’un vote pour Québec solidaire par contre apporterait. La naissance d’une véritable alternative et d’un nouvel espoir de changements réels pour la population.

Tous les Jean-François Lisée qui préfèrent un gouvernement indépendantiste de droite à un gouvernement de gauche orientée vers la solution de la question nationale sur une base progressiste ne font que de la récupération politique. Comme cette déclaration de Pauline Marois « … un changement de direction OUI mais SURTOUT (c’est moi qui souligne) un changement de pays ».

Un vote stratégique, le mot le dit, c’est un vote à long terme alors qu’un vote utile pourrait bien être, sauf exception, un vote à courte vue. Les conditions ne seront pas réunies pour un changement en profondeur tant que ne sera pas construite une alternative politique solide et de masse. Un vote stratégique c’est celui qui contribuera le plus efficacement à la construction d’une telle alternative.


Le commentaire de Xavier Dolan sur Twitter après la lecture de ce billet, le 28 juin dernier :

Xavier Dolan ‏@XDolan

@demersc je suis parfaitement d’accord avec vs! Mon texte n’impliquait aucun devoir de choisir entre le PQ et le PLQ. bien à vous

Opinion Scène québécoise

Frameup et diabolisation

Michel David du journal Le Devoir affirmait à C’est bien meilleur le matin, en parlant de l’arrestation d’Amir Khadir lors d’une manifestation pacifique à Québec, que ce dernier cherchait depuis longtemps à se faire arrêter par la police. Dans les secondes précédentes, Radio-Canada venait d’annoncer une perquisition à la maison d’Amir Khadir et l’arrestation de sa fille Yalda, les commentateurs liant cette arrestation à l’enquête sur des troubles survenus récemment dans le métro de Montréal. Tournez l’équation dans tous les sens, le résultat sera toujours le même. Khadir encourage la violence. Il est contre la démocratie. Khadir représente Québec-Solidaire. Il faut rejeter ce parti.

Exagération? Attendez voir. L’enquête de Yalda Machouf Khadir prendra des mois. Il y a de fortes chances qu’elle se déroule juste avant et pendant les prochaines élections provinciales. Des élections qui tout récemment encore étaient perçues comme un baromètre de la condamnation populaire du gouvernement Charest et de la corruption inégalée du pouvoir où se mêlent enveloppes brunes et favoritisme politique.

On ne le dira jamais assez. Le système a des ressources inouïes pour se sortir et récupérer la situation après les pires crises politiques. Les frameup et la diabolisation sont ses armes préférées. Qu’on se souvienne de Tim Buck, l’ancien leader communiste du temps de la Grande Dépression qui fut condamnée pour sédition avant qu’une immense campagne pour les libertés civiles force sa libération. Il aura quand même fait 2 ans d’emprisonnement au cours desquels on tenta de l’assassiner à l’intérieur même de sa cellule. Au moment de son procès la police détenait l’équivalent d’une encyclopédie complète d’informations sur Tim Buck, la plupart faites d’insinuations fabriquées en vue de le diaboliser, de justifier un long procès et de le culpabiliser devant l’opinion publique. Illustrant les liens étroits entre la police et le politique, ces manœuvres étaient la façon que le gouvernement conservateur de Richard Bedford Bennett avait trouvé pour détourner l’attention de la crise économique et mettre en garde contre toute tentative populaire d’opter pour une solution démocratique et de gauche devant la crise profonde.

L’évocation démagogique par Jean Charest de soi-disant menaces contre la Formule 1 ne vise qu’à accréditer la thèse selon laquelle la fille du député Khadir se préparait à participer à un attentat. Ce qui ne peut manquer de faire un effet considérable sur la population.

Théorie du complot diront certains. Mais personne ne pourra nier que pendant ce temps, la ministre de l’Éducation Michelle Courchesne, qui vient d’être éclaboussée de nouveau pour corruption par le Vérificateur général et le premier ministre Jean Charest dont le gouvernement est littéralement en train de spolier le Québec au profit des grandes corporations industrielles et financières, pourront continuer leurs basses manœuvres politiques en vue de créer un rapport de force favorable au Parti libéral du Québec tout en empêchant qu’une des plus grandes prise de conscience sociale que le Québec ait connue dans son histoire se transforme en réelle prise de conscience politique. Tout comme l’avait fait en son temps au Canada R. B. Bennett, l’objectif est d’empêcher la population à la veille d’importantes élections provinciales, de faire un choix sain et éclairé en faveur d’une transformation politique majeure au Québec.

Opinion Scène québécoise

Injonctions massives : perversion de la justice et des droits

L’article 40 de la Charte des droits et libertés prévoit que  » Toute personne a droit, dans la mesure et suivant les normes prévues par la loi, à l’instruction publique… – 1975, c. 6, a. 40. » L’article se termine par le mot « gratuite » que je n’ai pas inclus dans la citation car ce n’est pas l’objet de ce billet. Je ne m’arrêterai ici que sur le principe du « droit à l’éducation » car c’est de ce droit dont il est question lorsque les juges pervertis, chacun à leur tour, accordent des injonctions pour briser l’actuel mouvement de grève des étudiants au Québec.

À cet article s’ajoute l’article no. 3 qui affirme :  » Toute personne est titulaire des libertés fondamentales telles la liberté de conscience, la liberté de religion, la liberté d’opinion, la liberté d’expression, la liberté de réunion pacifique et la liberté d’association.
1975, c. 6, a. 3. »

Professeur titulaire à la Faculté de droit à l’Université Laval, Christian Brunelle écrivait un excellent article récemment démontrant comment les injonctions en série contre les étudiants constituaient une perversion du droit fondamental au profit du droit contractuel (et commercial). Le droit d’association et de représentation collective d’un groupe de personnes est un droit fondamental. Lorsque Jean Charest et Line Beauchamp affirment que les étudiants en grève ne représentent pas la majorité qui elle, a décidé de poursuivre ses études, tous les deux nient les principes et la mécanique de la démocratie. D’ailleurs si on suivait leur raisonnement, le gouvernement Charest lui-même qui s’est fait élire avec un pourcentage de 42% à l’intérieur d’un taux de participation de 57%, serait illégitime.

En opposant le droit contractuel individuel (pour le gouvernement l’accessibilité n’a rien à voir avec les principes de la Charte des droits mais se résume au droit d’ouvrir une porte de collège) au droit fondamental (qui concerne les politiques d’accès à l’éducation), ce n’est pas qu’au droit d’association que les juges s’attaquent. Ils s’en prennent aussi au droit fondamental à l’instruction publique qui est au coeur des revendications étudiantes et non par la hausse des frais de scolarité qui entraînera nécessairement plus de sélection et de discrimination sur la base de la capacité de payer.

Une question de volonté politique

En cherchant à dépolitiser le conflit étudiant par des injonctions sans limites, le gouvernement ne fait que poursuivre son idéologie néolibérale dont l’objectif ultime est de soustraire les grands choix politiques de la société à la population pour les soumettre aux besoins de la finance et des grandes corporations.

Est-ce à dire que la lutte étudiante est perdue d’avance. La victoire partielle du mouvement étudiant chilien dont le conflit dure depuis plus d’un an, nous dit le contraire. Le gouvernement chilien vient de retirer le financement des études des mains des grandes banques. Il prendra directement à sa charge ce financement tout en haussant les impôts des grandes corporations pour y arriver.

Jean Garon, ancien ministre de l’Éducation au Québec publiait lui aussi son opinion sur la manière dont il s’est pris par le passé pour maintenir le gel des frais de scolarité. Dans son analyse , Jean Garon démontre que non seulement le gel des frais de scolarité est toujours possible mais qu’éventuellement on devrait arriver à la gratuité de l’enseignement. Tout est une question de choix et de volonté politique.

Opinion Scène canadienne Scène internationale

La grande illusion – Réflexion sur la social-démocratie

À sa naissance, la social-démocratie représentait un courant de pensée révolutionnaire. Née du mouvement politique que les crises économiques du système capitaliste naissant provoquèrent, le mouvement socialiste rassemblait une forte opposition à des conditions de travail inhumaines. Elle avait plusieurs représentants ouvriers au parlement. Treize à quatorze heures de dur labeur par jour, six jours par semaine, les travailleurs ne disposaient généralement que d’une maigre journée de repos pour se refaire un peu d’énergie afin d’affronter une autre semaine de travail.

Le capitalisme venait de substituer au servage féodal l’appropriation de la force de travail des ouvriers par les propriétaires d’entreprises. Les salaires avaient deux objectifs : – assurer la régénérescence de cette force de travail – permettre l’écoulement de la marchandise pour faire rouler l’économie.

Deux facteurs de crise apparurent très tôt à la naissance du capitalisme.

  1. La soif du profit maximum entraîna des conditions de travail de plus en plus inhumaines. La hausse de la productivité ne pouvait se réaliser que sur le dos du travailleur et l’accroissement du chômage. Celui-ci à son tour exercera une pression à la baisse sur les salaires et deviendra même un critère vital pour la survie du capitalisme. Sur le plan politique, cette situation entraîna la radicalisation du mouvement ouvrier.
  2. La demande se situant toujours en dessous de l’offre, le marché deviendra trop exigu. On assistera à des crises de surproduction parallèlement à l’aggravation des conditions de vie des travailleurs. Les frontières établies après la révolution bourgeoise ne suffiront plus à contenir l’expansion du capital et de son pouvoir politique. L’intervention de l’État pour protéger le marché local ne pourra stopper l’élan des grandes puissances économiques pour conquérir les marchés extra-territoriaux. Le germe de la guerre fait son apparition. Sur le plan politique, la bourgeoisie répondra à ce nouveau besoin d’expansion par un cri de ralliement national.

À la fin du 19e siècle, le mouvement ouvrier est à la croisée des chemins. Alors que plusieurs de ses représentants étaient élus au Parlement ou à l’Assemblée nationale (ce fut le cas en Angleterre, en France et en Allemagne) il fut confronté aux choix que lui proposaient d’un côté la grande bourgeoisie nationale et de l’autre, celui des dirigeants ouvriers plus radicaux.

En politique, aucun modèle alternatif n’avait encore existé. Les menaces de chaos répandues par les dirigeants politiques, l’incertitude économique, mais aussi la corruption naissante dans le mouvement ouvrier et la collusion entre plusieurs de ses dirigeants avec les représentants du pouvoir, allaient provoquer une profonde division au sein du mouvement.

Sur les deux questions fondamentales auxquelles elle était confrontée, une fraction importante des députés et des représentants sociaux-démocrates optèrent pour les choix de l’État bourgeois. Face aux conditions inhumaines de travail ils optèrent pour des reformes temporaires et de surface refusant de voir dans la nature du capitalisme la cause principale de la détorioration des conditions de vie des travailleurs. Face à la crise des marchés, ils votèrent donc avec la bourgeoisie pour les budgets de guerre et le rassemblement du peuple sous le drapeau national. L’industrie militaire devenant elle-même un facteur d’emploi et de sortie de crise. Tandis que de l’autre côté, la tendance plus radicale du mouvement ouvrier fit appel au rassemblement des travailleurs sous un seul drapeau, indépendamment de leur nationalité, celui de la classe ouvrière. Leur slogan était : Non à la guerre ; transformons la guerre capitaliste en guerre révolutionnaire pour renverser les gouvernements bourgeois et mettre sur pied un gouvernement des travailleurs.

Cette première grande division du mouvement ouvrier en courants réformiste et révolutionnaire se manifesta concrètement entre ceux de la social-démocratie qui appuyèrent la Première Guerre mondiale et ceux qui donnèrent leur appui à la Révolution d’Octobre.

Le même scénario se poursuivit entre la Première et la Seconde Guerre mondiale. Les appels pour la réunification du mouvement ouvrier contre la montée du fascisme n’eurent que très peu d’écho, les réformistes refusant généralement toute alliance avec les communistes. Plusieurs endossant même l’idée caressée par une frange de la grande bourgeoisie qui espérait que fascistes et communistes s’autodétruisent l’un et l’autre.

Deux cas relativement récents et partiellement réussis du front uni des travailleurs, réunissant courant réformiste et révolutionnaire, se soldèrent par des échecs fracassants. Celui de l’Unité populaire du Chili dans lequel le Parti communiste du Chili et le Parti socialiste chilien réussir à regrouper autour d’eux un vaste front national qui allait porter au pouvoir le gouvernement Allende en 1970. Et celui de la coalition du Parti socialiste et du Parti communiste français, qui allait élire dans la même période, le gouvernement de François Mitterrand.

Dans le cas du Chili, ce furent en grande partie les illusions envers l’acceptation par la bourgeoisie des changements engrangés par le nouveau gouvernement qui furent en cause. Des illusions qui se sont principalement manifestées en négligeant de réformer les structures de l’armée et de remplacer les dirigeants mis en place par l’ancien régime. Dans le cas de la France, ce furent illusion par dessus illusion. Les socialistes trahirent leurs engagements sociaux et les communistes se reposèrent sur leurs acquis traditionnels prenant leur distance du mouvement progressiste mondial. Au point que le PCF se distingue à peine aujourd’hui, sur les grands enjeux mondiaux, de la social-démocratie au point d’éroder sérieusement leurs appuis traditionnels

L’échec du réformisme n’est donc pas un cas isolé. Et pour cause, car en aucun cas, les sociaux-démocrates n’ont réformé quoi que ce soit. Tout au plus, ont-ils cherché à aménager le capitalisme pour le rendre plus acceptable par la population. Dans la plupart des pays, même en Suède où elle domina la scène politique durant plus de 70 ans, la social-démocratie est devenue un véritable cheval de Troie qui finit par soumettre l’État aux desiderata de l’Establishment économique. Sur les deux grands enjeux auxquels les forces démocratiques furent de tout temps confrontées : la guerre et le capitalisme, les partis sociaux-démocrates se sont rangés du côté de la guerre et en faveur du capitalisme. En Angleterre le Labor Party fut le principal allié des États-Unis dans la guerre en Irak et dans le virage néolibéral. En Grèce, pays qui a le plus haut budget militaire de toute l’Europe en rapport avec son produit intérieur brut (PIB), le Parti socialiste (PASOK) fut le principal instigateur de la dégradation du niveau de vie au profit des banques. Aujourd’hui allié des conservateurs et de l’extrême droite, le PASOK abandonne complètement le sort de la démocratie au diktat des grandes institutions financières européennes.

Lorsque la fraction révolutionnaire du mouvement ouvrier et démocratique ne réussit pas à rassembler un large appui politique, les populations ont généralement tendance à opter pour la droite comme alternative aux échecs réformistes, qui passent alors pour des échecs du socialisme. Le Canada n’échappe pas à ce phénomène. Les plus grands succès du Nouveau parti démocratique du Canada furent provinciaux: il prit le pouvoir en Saskatchewan, au Manitoba, en Colombie-Britannique et en Ontario, ainsi que dans le territoire du Yukon. Le cas le plus frappant fut certainement celui de l’Ontario, où le chef du gouvernement du NPD, Bob Rae a entraîné la province dans des politiques d’austérité qui ont provoqué la prise du pouvoir par les Conservateurs. Bob Rae est devenu depuis une des personnalités en vue pour la course à la chefferie du Parti libéral du Canada, dont il est présentement le chef par intérim.

Aux élections générales du 2 mai 2011, le Nouveau parti démocratique du Canada réalisa sa plus grande percée de l’histoire en devenant pour la première fois l’opposition officielle à Ottawa. Le NPD obtint 30 % des voix et fit élire 103 députés. Cette percée fut possible grâce, en grande partie, à la débandade du Bloc québécois qui n’a jamais pu se positionner comme une alternative crédible à Ottawa. n’ayant de représentation politique qu’au Québec. Mais il ne fallut pas longtemps après cette percée pour que le visage néo-capitaliste du NPD resurgisse. Peu après son élection, le député NPD de Rosemont-la-Petite-Patrie, Alexandre Boulerice, qui avait donné son appui à la campagne « Un bateau pour Gaza », fut obligé de se rétracter devant les pressions d’Israël et de la direction de son parti. Le NPD évite le plus possible de se prononcer sur les grands enjeux internationaux. Mais lorsqu’il le fait, c’est pour se ranger du côté des puissances interventionnistes, fidèle à la tradition réformiste de cette frange de la social-démocratie qui provoqua la division du mouvement ouvrier à la fin du 19e siècle.

Or, est-il nécessaire de rappeler que la politique des socio-démocrates vis-à-vis la guerre n’est qu’un des deux volets de la politique du sauvetage du capitalisme mondial ? Lorsque menacé de survie sous le poids de ses contradictions le capitalisme n’hésite pas à puiser dans ses réserves. Lorsqu’il est à cours d’alternative, il fera appel à l’extrême-droite fascisante tel que nous l’enseigne le cas de l’Allemagne nazie et plus récemment, celui de Pinochet au Chili. Sinon la social-démocratie lui permettra de nourrir longtemps l’illusion que la libre entreprise et l’économie de marché sont les plus grandes vertus de notre époque. Avec le phénomène du libre-échange et celui de la mondialisation où la fusion du grand capital atteint des sommets, les différences traditionnelles entre Conservateurs et Libéraux, Républicains et Démocrates s’estompent de plus en plus. Au Canada, comme en Europe, la social-démocratie ne fera qu’entretenir l’illusion de la démocratie à travers le jeu de l’alternance politique.

Opinion Scène québécoise

Derrière les conseils du journal La Presse au Parti québécois

Le journal La Presse, propriété de Power Corporation et de Paul Desmarais a toujours soutenu le Parti libéral du Québec. Les intérêts de la multinationale Power Corporation au Québec, au Canada et même en Europe, font de Paul Desmarais un chef de file de la grande bourgeoisie québécoise et un ami très proche des gouvernements du Québec et du Canada. Ce qui explique l’option fédéraliste avouée du journal La Presse. De la même manière d’ailleurs que son opposition farouche au Parti québécois et à toute velléité souverainiste du Québec.

Comment expliquer alors l’intérêt soudain du journal La Presse pour le PQ et les bons conseils qu’il promulgue à ce dernier face à la crise interne que le Parti québécois traverse présentement. Selon Alain Dubuc l’idée d’une alliance électorale avec Québec solidaire serait « suicidaire » pour le PQ tandis que selon Lysianne Gagnon ce serait du « masochisme électoral caractérisé ». Cherchez l’erreur!

Pour bien comprendre cet intérêt soudain du journal La Presse envers le parti de Pauline Marois, il vaut la peine de lire cet article paru dans Vigile le 18 octobre 2011. L’homme d’affaires Charles Sirois et Paul Desmarais sont les deux plus illustres représentants de l’establishment économique qui expriment ici la crise de confiance du grand patronat envers le PLQ et son soutien à la CAQ.

Or le plus récent sondage de Léger Marketing démontre que pour la première fois, la CAQ commence à baisser dans les intentions de vote des Québécois. On donne 33 % à la CAQ contre 27 % au Parti libéral et 25 % au Parti québécois tandis que Québec solidaire frôle les 10 %. Une coalition entre le Parti québécois et Québec solidaire serait susceptible d’accentuer cette dégringolade de la CAQ, dont les appuis sont jugés fragiles par Léger-Marketing. Une idée qui a de quoi faire frémir le grand capital. Non seulement ce faisant, le PQ devrait envisager des concessions à gauche sur son programme, mais de plus, le projet de créer une assemblée constituante visant à définir le type de souveraineté que le Québec désire, tel que le préconise Québec solidaire, pourrait offrir au Parti québécois une porte de sortie intéressante pour son projet de souveraineté qui stagne depuis des années.

Opinion Scène québécoise

La crise au PQ et les choix de Québec solidaire

Ces jours derniers, les médias y compris les médias sociaux n’en ont que pour la crise au Parti québécois et les tactiques électoralistes du PQ et de Québec solidaire.

Depuis le départ de François Rebello, qui a décidé de joindre les rangs de la CAQ (Coalition avenir Québec), on assiste du côté du Parti québécois à une véritable chute aux enfers. Cette crise est pire que celles qui secouent le parti depuis la présentation du projet de Loi 204 visant à sécuriser l’entente sur l’amphithéâtre de Québec entre le maire Labaume et Québécor. Malgré la concentration des analyses sur le sort de Pauline Marois et les magouilles de Gilles Duceppe, c’est avant tout le sort du Parti québécois lui-même qui est véritablement en cause ici. Ce qui fait dire aux éléments les plus juvéniles de Québec solidaire que ce dernier ne devrait faire aucune entente avec le PQ, tant ils sont convaincus que la disparition du Parti québécois profitera grandement à Québec solidaire.

Vrai et faux! La réalité est que la crise au PQ ne découle pas principalement de l’abandon de sa base populaire, mais de cette frange de la bourgeoisie nationale qui l’avait appuyée jusqu’à présent. Ces classes économiques se sont toujours opposées au contrôle exclusif des grandes puissances financières et industrielles personnalisées par le gouvernement du Parti libéral sur l’État québécois. On assiste présentement à un véritable jeu de sauvetage à la chaîne. La corruption et l’isolement du PLQ lui ayant soutiré sa confiance depuis la crise de l’industrie de la construction et du financement des partis politiques, l’establishment économique, Charles Sirois et Paul Desmarais en tête, se sont tournés vers la CAQ, une sorte de tête bicéphale, avec cette idée que François Legault irait chercher l’appui des classes moyennes (*) hésitantes, en particulier au sein des appuis traditionnels du Parti québécois. Tandis que le PQ qui a toujours véhiculé les intérêts de la petite et moyenne bourgeoisie du Québec avec un visage plus « social-démocrate » afin de maintenir l’appui de l’ensemble des travailleurs et de la population, se sent obligé d’aller plus loin encore vers sa gauche et jongle sérieusement avec l’idée d’une alliance électorale avec Québec solidaire. Ce qui est déjà une victoire en soi pour QS.

On est loin du débat sur la question nationale et la souveraineté. Ou, pour être plus précis, on commence à réaliser que le débat sur la souveraineté ne peut pas se situer au-dessus de tout contenu de classes. Pour qui la souveraineté? Quelle sorte de souveraineté?

Il sera intéressant de voir comment le mouvement syndical, la Fédération des travailleuses et travailleurs du Québec en particulier, se positionnera face à cette toute nouvelle conjoncture. On sait que le PQ et la FTQ, malgré toutes les dérives néolibérales et de droite des gouvernements péquistes successifs, avaient renforcé leur appui réciproque avec la création du Fonds de solidarité de la FTQ alors que Jacques Parizeau était ministre des Finances du Québec.

Les analyses les plus superficielles aujourd’hui, évaluent le bien-fondé d’une alliance tactique entre le Parti québécois et Québec solidaire en vue des prochaines élections, souvent en fonction du nombre de députés en plus ou en moins pour chacun des partis. Mais le véritable enjeu est bien supérieur, particulièrement pour Québec solidaire, le seul véritable parti de gauche au Québec. Hélas! sa principale faiblesse réside toujours dans une certaine coupure avec le mouvement syndical. D’un côté parce que plusieurs de ses membres, issus d’une frange antisyndicaliste du mouvement populaire refuse systématiquement un tel rapprochement. De l’autre côté parce que le mouvement syndical a donné depuis sa naissance, un appui quasi biologique au Parti québécois. Or le plus grand bienfait d’une entente électorale entre Québec solidaire et le Parti québécois serait précisément de forcer le mouvement syndical à élargir son appui aux candidatures de Québec solidaire.
Tous les partis aujourd’hui, à l’exception du PLQ font leur, le slogan de Jack Layton, qui appelle à faire de la politique autrement. Dans les circonstances actuelles, faire de la politique autrement signifie faire passer les intérêts de la population avant les intérêts étroits de chaque parti. En cela, l’ouverture de Pauline Marois en faveur d’une telle entente est significative et mérite une sérieuse considération de la part de QS. À défaut d’une telle entente, c’est une coalition de l’establishment économique avec la petite bourgeoisie nationale autour de la CAQ qui se réalisera. Avec le risque énorme de faire régresser le Québec de plusieurs années en arrière, comme on le voit à Ottawa présentement. Et cela, même avec quelques députés de Québec solidaire à l’Assemblée nationale.


* Par classes moyennes j’entends principalement les propriétaires de petites et moyennes entreprises et les plus hauts salariés du corps professionnel et de l’État.

Opinion Scène canadienne

Les hypocrites

La confusion des genres

Derrière l’exercice de la « démocratie » que je me vois presque en tout temps obligé de mettre entre guillemets, il y a des hommes et des femmes. Ceux et celles qui à différents niveaux des institutions publiques prennent des décisions. Or les pièges ou les biais de la démocratie ne sont pas nécessairement, comme on nous le laisse trop facilement entendre, l’envers inévitable de la médaille. Lorsque les décisions vont à l’encontre des principes de la démocratie, celles et ceux qui prennent ces décisions, forts de leur mandat de représentation, sont bien souvent des hypocrites.

Or les hypocrites jouent continuellement dans la confusion des genres. Et s’il est un domaine où ils excellent particulièrement, c’est bien au niveau de la loi électorale. L’enveloppe politique de l’exercice du droit démocratique.

Au Québec, bien des progrès ont été réalisés depuis la Révolution tranquille. Une des réformes majeures dont peu de personnes contestent le bienfait concerne le financement des partis politiques. Pendant longtemps, le financement des partis politiques, hormis le paiement d’une carte de membre, avait un caractère profondément antidémocratique, car il pouvait provenir d’entreprises et de très grandes entreprises privées cherchant à substituer aux citoyens, leurs intérêts privés. Une manière d’ériger en citoyen l’entreprise privée. Lorsque la réforme de la loi électorale limita le droit de faire des dons à la caisse électorale des partis politiques aux particuliers, on imposa une limite à ces dons pour éviter qu’on puisse contourner le principe selon lequel l’État est le représentant des citoyens et non des entreprises.

Pourquoi les entreprises ne peuvent-elles pas financer les partis politiques. On dit souvent qu’une corporation est une entité morale au sens de la loi. En réalité cela veut dire simplement qu’une entreprise ne peut se situer au-delà de la loi ou encore qu’un individu (ou un groupe d’individus) ne peut utiliser son entreprise pour contourner la loi. Mais cela n’accorde aucun droit de vote, ni de représentation politique aux entreprises. Ce principe est-il respecté dans la réalité? Cela est une toute autre question. Il suffit de penser à l’organisation officielle du lobbyisme et à la manière dont les pétrolières ont acquis des droits sur les terres publiques. Si les éléments les plus démocratiques de la loi sont le fruit de l’évolution politique et sociale, ils sont avant tout le fruit des luttes menées par les organismes les plus représentatifs du mouvement ouvrier et populaire. Des luttes grandement inspirées au début du siècle dernier par des pays ayant réalisé des politiques sociales avancées, notamment dans les systèmes d’éducation et de la santé. Ces luttes avaient pour but notamment de créer un rapport de force en faveur de la démocratie. Par le fait même les acquis auxquels ce rapport de force conduit seront aussi instables que le rapport de force lui-même. On a pour preuve les reculs dans lesquels le gouvernement Harper est en train de mener le Canada sur les armes à feu, Kyoto, le mariage gai, etc.

« Démocratie » et Démocratie

Essentiellement, le système capitaliste a une double dénomination. 1- Le mot « capitalisme » ou son adjectif signifie que l’organisation de base de la société est fondée sur le capital et ses intérêts. 2- Le mot « système » signifie qu’il s’agit d’une organisation structurelle (on pourrait dire globale). Ce système a un caractère politique, social et culturel autant qu’économique. Dans tous les cas, le caractère « démocratique » des décisions politiques n’aura pour finalité que la réalisation de ces deux objectifs, soit la réalisation du système capitaliste. Et malgré toutes les prétentions des idéologues qui en font la défense, l’inverse n’est pas vrai. En d’autres mots, dans un système capitaliste la « démocratie » a pour fonction de représenter le capitalisme mais le capitalisme ne représente pas la démocratie (sans guillemets). Voilà pourquoi nous sommes confrontés à la nécessité de distinguer entre démocratie formelle et démocratie réelle. Une distinction qui nous ramène toujours à la question de savoir quels intérêts sont défendus par la démocratie. Ceux des citoyens ou ceux des grandes entreprises et du capital. Dès lors nous devons comprendre que la notion de démocratie ne saurait être évaluée que de manière concrète et non pas abstraite.

La Loi sur le financement des partis politiques est-elle vraiment un grand pas en avant? Après la noirceur duplessiste et les collusions éhontées entre le privé et le gouvernement on ne saurait le contester. Mais à l’époque, dans un souci d’apparence équitable visant à ne faire aucune exception, on avait trouvé le moyen de mettre sur un pied d’égalité l’organisation syndicale des travailleurs et l’entreprise privée. Ainsi une organisation de travailleurs qui voudrait former un parti politique des travailleurs et soutenir financièrement celui-ci par une organisation syndicale qu’il a mise sur pied pour défendre ses droits, ne peut pas le faire puisqu’un patron ne peut pas financer un parti politique à partir de son entreprise. Une manière de mettre sur un pied d’égalité une organisation démocratique et une entreprise qui n’a absolument rien de démocratique.

La grande illusion

Il faut dire ici que le mouvement syndical ne s’est pas toujours aidé. Lorsque sous la direction de Louis Laberge, la FTQ (Fédération des travailleurs du Québec) a décidé d’abandonner la lutte des classes pour combattre non pas contre, mais dans le système capitaliste, elle décidait de se comporter non plus comme représentant d’un mouvement démocratique, mais comme une entreprise à l’intérieur du système capitaliste. Une occasion que n’allait pas rater Jacques Parizeau, alors ministre des Finances, en appuyant la création du Fonds de solidarité de la FTQ dont le but était essentiellement de prendre l’argent des travailleurs pour l’investir directement dans les petites et moyennes entreprises. Un modèle qu’allait suivre la CSN (Confédération des syndicats nationaux) en mettant sur pied le Fondaction en 1995. Si l’on compare l’évolution générale de la condition des travailleurs dans la période 1960-1980 caractérisée par le Front commun des travailleurs, l’emprisonnement des chefs syndicaux, la grève générale et les gains réels du mouvement ouvrier à celle de 1980-2011 dominée par l’esprit  d’entrepreneuriat, la division syndicale, la collusion avec les entreprises et les reculs sur les acquis passés, on pourrait appeler cette dernière période de « grande illusion ».

Jusqu’où ira l’hypocrisie?

Il faut dire que les reculs ne sont pas qu’économiques et sociaux. Ils sont beaucoup « idéologiques », politiques et culturels. La coupure avec les luttes du mouvement ouvrier n’est pas le propre de la  génération Y  . La gauche traditionnelle y est pour beaucoup. Oubliant que les principaux acquis des années ’60-’70 étaient le fruit de luttes souvent épiques, plusieurs ont eu tendance à les attribuer à des valeurs propres au système capitaliste. Se confortant dans l’anticommunisme sommaire et valorisant l’individualisme à succès, la gauche des années ’80 à aujourd’hui s’est cantonnée dans un rôle de faire-valoir du capitalisme. Ce qui a donné lieu à la trahison de presque tous les gouvernements sociodémocrates qui furent parmi les grands promoteurs du néo-libéralisme alors qu’ils avaient été portés au pouvoir dans le but de matérialiser sur le plan politique les acquis populaires. Ce fut le cas dans toutes les provinces canadiennes ou le NPD (Nouveau Parti Démocratique) fut élu, de la même manière que dans des pays comme l’Angleterre et la France.

Au point que les travailleurs n’ont plus d’éléments de référence. Même chez Québec solidaire on trouve un fort courant antisyndical, comme on en trouvait dans le mouvement « Occupons-Montréal ».
Faut-il se surprendre dès lors que la loi électorale en soit rendue jusqu’à interdire aux travailleurs de s’exprimer pendant une campagne électorale? Le 15 avril 2009, le DGEQ (Directeur général des élections du Québec) prononçait 10 verdicts de culpabilité contre la FTQ parce que cette dernière s’était prononcée publiquement dans certaines circonscriptions électorales en faveur d’un vote éclairé lors des élections générales du 14 avril 2003 et mettait les travailleurs en garde contre un vote adéquiste. Aujourd’hui la Cour suprême vient d’annoncer qu’elle refusait d’entendre l’appel de la FTQ en vertu de la libre expression en période électorale. Le mouvement ouvrier ne peut donc pas exprimer l’intérêt de ses membres en période électorale! Encore pourrait-il former un parti politique des travailleurs mais il ne pourrait pas le financer.