Caterpillar : le Libre-échange avec les États-Unis et le Mexique continue ses ravages

Avec des profits de près de 5 milliards de dollars l’an dernier, et un chiffre d’affaires de 61 milliards de dollars, Caterpillar dont le PDG, Doug Oberhelman venait de voir son salaire doubler pour attendre 10,5 millions de dollars par année, demandait à ses employés de l’usine de fabrication de locomotives Electro-Motive Canada de London, en Ontario, de réduire leurs salaires de 50%. Devant le refus de ces derniers l’entreprise annonça brutalement la fermeture de l’usine et la délocalisation de sa production aux États-Unis et au Mexique. 465 travailleurs perdent ainsi leur emploi et viennent s’ajouter aux victimes directes du libre-échange avec les États-Unis et le Mexique. Les travailleurs de Caterpillar savaient depuis le début qu’avec des demandes si irréalistes, l’entreprise préparait tout simplement sa fermeture.
Le mouvement syndical met d’ailleurs les Canadiens en garde contre le projet de libre-échange avec l’Europe soulignant qu’il pourrait coûter jusqu’à 150 000 emplois au Canada.


Sources :
LaPresse.ca
Canadian News Wire
SCFP.CA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.