Du théâtre explicite, dénonciateur et beau

La Resistenza

Des mots justes pour des faits réels. De la corruption du régime de Berlusconi au fascisme de Mussolini, le théâtre de l’Opsis nous entraîne dans une réflexion sur le fil conducteur qui lie le pouvoir dominant de la haute finance à la condition de plus en plus misérable du peuple, à la déchéance de la morale et à la répression policière. Par des citations des protagonistes eux-mêmes ou de personnalités antiques, la Résistenza met en relief le caractère universel des vices du pouvoir, dans le temps et dans l’espace. Ce qui nous incite immanquablement à nous questionner sur notre propre environnement politique, social et économique. Tout y passe, de la nature du capitalisme au rôle des institutions financières comme le FMI et la Banque mondiale, jusqu’à l’Espoir qui monte des chants des partisans.

Encore une fois, des mots justes pour des faits réels avec de beaux et bons comédienNEs.


Était présentée à la cinquième salle de la place des arts du 3 au 19 octobre dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *