Les policiers décident qu’une manifestation tout à fait légale devienne illégale

Hier le 15 mars avait lieu à Montréal la traditionnelle manifestation contre la brutalité policière. Peu après le début de la manif des casseurs cagoulés se sont mis à l’oeuvre et auraient lancer des projectiles contre des vitrines. C’est alors que selon le journal La Presse, les policiers ont décidé de rendre cette manifestation illégale. « À 18h20 les policiers ont diffusé leur premier message »: déclarant que la manifestation était maintenant illégale ». Je ne discute pas ici des événements comme tels mais n’y a-t-il pas là une brèche sérieuse dans le système démocratique de la Ville de Montréal lorsque les policiers ont le mandat de décider par dessus le pouvoir des élus, ce qui est légal et illégal à Montréal. L’ancien maire Drapeau avait déjà adopté une loi anti-manifestation, fort contestée d’ailleurs. Sous la pression le droit de manifester avait été accordé avec l’obtention d’un permis de la Ville par les organisateurs. Quoiqu’il en soit il s’agissait toujours d’une loi municipale. Or, nous voilà rendu où ce sont les policiers eux mêmes qui prennent ce genre de décision. Cela m’apparaît fort inquiétant, d’autant plus que je n’ai pas vu un seul commentaire contestant ce pouvoir des policiers, en dehors des manifestants outrés, bien entendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *