Un non-sens incroyable

Un non-sens incroyable est le titre accrocheur d’un spam que j’ai reçu récemment, et qui, de tous les spams qu’on m’a envoyés à ce jour, est celui qui m’a le plus choqué. Il m’a choqué par son contenu malicieux et haineux autant que par l’idée même que quelqu’un à quelque part ait pu penser que j’endosserais une telle ineptie.
Les spams par définition, sont ces courriels non sollicités qui envahissent votre boite à lettres et qui sont généralement plus ou moins commerciaux ou tout simplement innocents. De la pensée magique du Dalaï Lama au crédit miraculeux auquel vous ne pourrez jamais accéder parce que votre identifiant doit résider aux États-Unis en passant par le Viagra (que vous soyez une femme ou un homme), les spams viennent de partout et souvent de ceux que vous avez toujours considérés comme vos amis. Ils viennent en fichiers textes, en présentations numériques ou simplement en courriel avec un lien vers un site WEB que vous n’osez ouvrir de peur d’attraper un méchant virus. Ils vous sont envoyés à partir d’un « mailing list » constitué d’adresses électroniques recueillies par des outils Web créés à cette fin. Ils proviennent d’entreprises non scrupuleuses à qui vous avez fourni des informations personnelles croyant qu’elles allaient demeurer confidentielles et bien sûr, encore une fois, de vos bons amis qui sont convaincus que vous pensez comme eux et qui se font un immense plaisir de vous transmettre cette grande nouvelle qui révèle on ne peut mieux, la magie de l’Internet.

Un non-sens incroyable va plus loin que tous ces genres de spam. C’est un document rempli de faussetés, mal intentionné et qui pourrait être à la limite le produit d’une organisation d’extrême droite sans scrupule qui se sert du WEB pour attiser la haine raciale contre les réfugiés et les immigrants.

Le spam dont je vous parle laisse entendre que cela ne se passe qu’au Canada. Que les réfugiés chez nous reçoivent davantage du gouvernement que ce à quoi ont droit les personnes âgées en pension de vieillesse (ce qui ne serait pas nécessairement un non-sens au regard de la situation particulière de certains réfugiés). Le document affirme que les réfugiés reçoivent jusqu’à 2470 $ par mois du Canada. Et pour donner de la crédibilité à ce torchon, le spam est signé par une personne détenant un poste de direction dans une institution québécoise renommée.

Quelle est la durée de vie d’un spam ? Difficile à dire, mais celui-ci a fait assez de chemin pour que le gouvernement canadien se sente obligé de faire une mise en garde sur le Net. Une vérification auprès de la personne à qui on a emprunté le nom pour signer ce spam nous apprend d’ailleurs que celle-ci n’a rien à voir avec le document en question. « Je ne suis pas l’auteur de ce texte et j’apprécierais que cesse la circulation de ce courriel. Merci beaucoup d’avoir vérifié avec moi. » a-t-elle répondu à ma demande.

On a peut-être envie de dire parfois… « Ben voyons donc, c’est juste drôle ! »

Justement, ce n’est pas toujours drôle. Comment peut-on faire circuler une telle insanité sans réfléchir ? Sans analyser son contenu ? Sans mettre en cause les intentions de son auteur ? Et sans penser aux conséquences ?

Tout cela, c’est un non-sens incroyable !

Un commentaire

  • Robert
    25 octobre 2009 - 1 h 57 min | Permalien

    Vous demandiez dans cet article « Quelle est la durée de vie d’un spam? » Je peux vous répondre que celui-ci a survécu plus de trois ans, puisque je l’ai reçu il y a deux semaines. Lorsque je reçois une chaîne de courriels qui comporte de telles affirmations, je me rends tout-de-suite sur snopes.com, un site dont les créateurs se sont donnés pour mission de faire des recherches afin de démystifier les légendes urbaines et autres faussetés qui circulent sur le web. On n’a qu’à tapper, dans le moteur de recherche du site, les mots-clé qui décrivent l’essentiel du message, et snopes.com apportera réponse à nos questions.
    En ce qui a trait à ce pourriel, snopes nous apprend que le contenu de ce même message a été attribué à d’autres pays, et que sa version canadienne est fausse. Tout d’abord, le montant versé ne l’est qu’une seule et unique fois afin de permettre à l’immigrant de s’acheter l’essentiel afin de s’établir, et d’autres éléments sont également corrigés afin de refléter la vérité.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *