Le tour de passe-passe d’Ignatieff

Tout un tour de passe d’Ignatieff à Bob Ray. La coalition Libéral-NPD appuyée par le Bloc québécois à Ottawa a forcé les Libéraux à accélérer le remplacement de Stéphane Dion par un nouveau chef plus crédible. Et maintenant que Bob Rae, qui tenait mordicus à cette coalition lui aussi, a accepté de céder sa place à Michael Ignatieff, son ami, voilà que ce dernier jongle maintenant avec l’idée de maintenir ou pas la coalition. Avec de tels amis, comme dit la formule, on n’a pas besoin d’ennemis.
Ignatieff qui, il y a à peine deux semaines réclamait de diriger le Parti libéral pour donner son appui à la coalition Libéral-NPD, lie désormais sa position à la présentation du prochain budget conservateur. Lorsqu’on entend Denis Coderre répéter à peu près les mêmes propos dans les jours suivants, on comprend qu’il ne s’agit pas seulement de la position de leur chef. Le Parti libéral est tout simplement en train de changer de cap.
Se présentant publiquement comme un homme de centre gauche, Michael Ignatieff nous montre aujourd’hui qu’il doit sa nomination à la tête du Parti libéral, à l’aile droite du PLC et aux pressions des grandes corporations et du monde de la finance.

Un commentaire

  • 14 octobre 2011 - 21 h 20 min | Permalien

    plus a wall street que d’autre chose, completement d’accord il a fait campagne sur l’Isle de Vancouver et apres avoir passer 2 heures a ecouter et questionner Michael sur sa vision je suis venu a la meme conclusion

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *