Du registre des armes d’épaule au contrôle d’Internet

C’est aujourd’hui que sera aboli officiellement le registre des armes à feu. Le principal argument du gouvernement Harper ayant mené à cette décision était que ce registre, du fait qu’il obligeait les Canadiens à enregistrer leur arme d’épaule, faisait d’eux des criminels. À noter que les coûts dits exorbitants du registre avaient déjà été honorés. Et le fait que les armes doivent être déclarées, comme on le fait pour une automobile, ne déclenchait aucune enquête criminelle, ni ne rendait suspect de criminalité le propriétaire d’une arme à feu, sinon cette arme lui aurait été retirée.

Sincérité ou hypocrisie ?

Jugez-en par vous même. Maintenant que cette affaire est réglée, le gouvernement Harper vient de déposer un projet de loi autorisant les autorités policières à accéder aux données des individus qui utilisent Internet.

Lequel entre le registre des armes à feu et le contrôle de vos données sur Internet vous considère le plus comme un criminel ?


Pétition en ligne pour dénoncer le Projet de loi sur la surveillance électronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *