DE VILLE EN VILLE

COUPLET 1

on dirait une rivière quand j’marche
de ville en ville

où flottent des gros morceaux d’maison
d’automobiles

des antennes de télévision
au bout d’un fil

tout près d’une file
de tondeuses à gazon

des mains d’humains
qui m’serrent la main
de ville en ville

COUPLET 2

quand l’gros orage tombe sa rivière
loin de la ville

mon rêve a l’air d’un vieux palmier fragile
qui danse trempe sur une île

l’île de l’éternite de l’instant
de l’instant présent

où il suffit d’un unique
coup de vent

pour que s’envolent mes racines agiles
de ville en ville

COUPLET 3

on dirait une rivière quand j’marche
de ville en ville

des S.O.S d’humains qui rèvent
de ma démarche

de faire l’amour

à l’inutile

c’est pas pour rien
que leur chien jappe la nuit
au bout d’leur fil

comme leur maître
parfois s’éveillent au p’tit matin

ames d’humains
qui hurlent
la liberté d’ma main

quand j’marche
le long de ma rivière sans fin
de ville en ville

Pierrot
vagabond céleste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *